• Sarah

2020, REVENIR À L'ESSENTIEL: UNE ANNÉE SANS MAGASINAGE, OU PRESQUE

Frugalité (n.f.) : abstinence, économie, épargne, jeûne, modération, rusticité, simplicité, sobriété, tempérance.











Ouf, juste d'écrire le titre me soulage. À quel point je me sens confiante et enthousiaste à l'idée de vous partager ce projet! J'avais mentionné que j'avais envie de m'ouvrir plus cette année et de partager davantage mes états d'âme et mes aspirations. Et bien ça commence dès aujourd'hui.



Comme beaucoup d'entre vous le savez, je suis une ancienne accroc du shopping. Totalement avouée. Toute ma vie, je l'ai passée à rechercher la nouveauté. Toute ma vie, je l'ai passé à rechercher le prochain objet qui me fera vibrer pour un moment et qui deviendra malheureusement histoire du passé après quelques semaines (si on est chanceux). Vivre semaine après semaine en attendant que mon argent durement gagné entre dans mon compte, pour la dépenser en l'espace d'un instant.


Il y a environ six ans, lorsque je suis arrivée à bout de ressources que le minimalisme est arrivé dans ma vie. Et j'ajouterais aussi la frugalité. En toute honnêteté, je n'ai jamais appris à économiser et ou à magasiner de façon réfléchie. JAMAIS. Même à ce jour, il est très difficile pour moi de mettre de l'argent de côté pour notre famille (je gère le budget familial), dans le but de la faire fructifier pour un futur projet. En février dernier, j'ai d'ailleurs fait le #FÉVRIER FRUGAL en collaboration avec Elisabeth du blogue Ruban Cassette. Cette "expérimentation" m'a permise de voir à quel point c'était libérateur de prendre du recul, mais à quel point aussi, je suis fragile de basculer à nouveau dans la surconsommation.


C'est certain que la personne que je suis et le mode de vie que j'adhère maintenant est BIEN loin de qui j'étais il y a 10 ans: mes valeurs écologiques sont bien ancrées dans mon âme. Notre famille achète presque tout dans le seconde-main et on essaie de garder ça à un minimum pour ne pas être encombré d'objets inutiles.


Cette année 2020, je crois que je la travaillais profondément depuis un moment, mais je dois avouer que c'est en lisant Meet the Frugalwoods: Achieving Financial Independence Through Simple Living de Elizabeth Willard Thames que le projet est devenu concret. Ce couple est exactement ce que mon mari et moi aspirons à être: économe, réfléchi dans leur dépenses et adore épargner. Nous avons bien des qualités, mais je sais tout de même admettre les côtés qui nous avons à développer. Je dis bien développer, car pour moi, ce n'est pas parce que je ne suis pas naturellement économe que je ne pourrai jamais l'être. Notre couple et bien différent des Frugalwoods, mais pourtant, bien ancrées au fond de nous, nous partageons les mêmes aspirations de vie: vivre simplement, entourés de nature et s'offrir la possibilité d'avoir plus de temps à vaquer et à découvrir nos passions plutôt que de se soucier de l'argent dans notre compte de banque. En lisant (voir dévorant) ce livre, j'ai eu la confirmation du message que mon corps et mon âme tentait de me transmettre depuis plusieurs mois, sans succès: on doit faire de gros changements.


Les points à respecter et mes règles de cette année sans magasinage seront énumérés juste un peu plus bas. Mais avant, j'avais envie de vous partager encore quelques réflexions que j'accumule depuis quelques temps. Je vous les partage toutefois sans ne poser aucun jugement à l'égard de personnes, puisque sachez que la majorité des faits qui sont mentionnés me concernent de près ou de loin.


Le premier décembre, j'étais mise au défi de faire un calendrier de l'Avent de désencombrement inversé. Donc le premier décembre, je déposais 24 objets à désencombrer, le 2 décembre, 23 objets et ainsi de suite jusqu'au 24 décembre. 300 objets au total. Pour être honnête, ça été assez difficile pour moi puisque nous en sommes à un point où presque tous les objets que nous avons dans notre maison ont une utilité assez immédiate. Par contre, nous y sommes arrivés et nous sommes allés porter la grosse boîte de dons au Village des Valeurs près de notre maison, après le Temps des Fêtes. Et là, comment vous décrire la situation sans que tout ça ait l'air exagéré... À l'arrière du magasin, où l'on dépose les dons, il devait y avoir plus de personnel qui s'attardait à l'ouvrage qu'à l'intérieur. Des MONTAGNES de boîtes, de meubles, d'équipements de sport, de lampes, de toutous. Des dizaines de voitures qui donnaient des trucs. Je regardais autour de moi et je ne savais même pas où placer ma boîte. Je me sentais mal, vraiment.



Je sais que personne n'est rendu au même niveau de cheminement personnel et que certaines personnes n'achèteront peut-être jamais de vêtements ou objets seconde-main. Et je respecte ça. Par contre, voir tous ces objets autour de moi m'a fait réaliser un peu ce que je savais déjà: on a un méchant problème de société. Tous ces objets valaient sans aucun doute des milliers de dollars. Ils auraient pu meubler facilement deux à trois grandes maisons et habiller probablement des centaines de personnes pour plusieurs jours. Et là, on parle juste d'un seul magasin.



Je ne dis pas ça pour faire sentir mal personne personnellement. Quand il faut désencombrer, il faut ce qu'il faut. Mais à la base, devrait-on se poser plus de questions quand avant qu'un objet entre dans notre maison? En fait, ça m'a fait réfléchir:

À quel point on a du chemin à faire pour parvenir à ne posséder seulement ce qu'on a réellement de besoin.

  • À quel point on valorise la nouveauté dans notre vie (achetée seconde-main ou neuve) et qu'on a tendance à prioriser et à dépenser notre argent dans les biens matériels versus notre développement personnel, découvrir et/ou entretenir nos passions.

  • À quel point on est déconnecté du cycle de production d'un objet, de la production des matières premières à sa fin de vie et que ça devrait être quasiment être matière à enseignement à l'école .

  • À quel point on se tanne vite de nos possessions.

  • À quel point on n'apprécie pas notre chance et notre privilège juste de pouvoir faire ça: donner ce qu'on a plus de besoin ou qui n'a plus vraiment de valeur à nos yeux.

  • À quel point on ne prend plus le temps de vivre avec les objets que l'on a sans en désirer d'autres. Et là je ne parle pas pour un mois, je parle pour des mois, voir des années.


Et pour moi, c'est vraiment le dernier point qui m'interpelle le plus. Je me suis éduquée sur beaucoup de sujets, dont le cycle de vie d'un vêtement et de plusieurs objets. Je connais également assez bien le sujet du gaspillage alimentaire. Mais je crois que j'avais tendance à dédramatiser le fait que je donnais (ou vendais) mes vêtements et objets du quotidien dû au fait qu'ils étaient achetés seconde-main. Je sais que je fais déjà ma part en n'encourageant pas la production de nouveaux produits sur le marché. Par contre, est-ce que ça me donne le droit de les échanger au gré de mes trouvailles? Où est-ce que le déclic s'est fait pour que soudainement, ce chemisier que j'avais tant eu de bonheur à trouver il y a quelques mois n'en a plus puisqu'un autre m'est tombé dans l'oeil? Pourquoi ai-je toujours besoin de nouveautés?


Et c'est exactement pour cette raison que nous entamons notre année sans achats (ou presque). Pour apprécier. Pour prendre le temps d'aimer ce qu'on a déjà. Pour économiser. Pour vivre autrement. Pour espérer cheminer en tant qu'humains et conscientiser nos enfants aussi. Pour souhaiter leur donner des outils à eux aussi, en donnant l'exemple afin qu'ils n'aient peut-être pas à avoir ce cheminement dans la trentaine bien entamée et qui sait peut-être qu'au pareil temps de leur vie, auront-ils l'indépendance financière de faire de qu'ils veulent de leur vie sans avoir le besoin de travailler 40-50 heures par semaine?




LES GRANDES LIGNES DE L'ANNÉE SANS MAGASINAGE (OU PRESQUE)


Donc c'est ici que je dépose les grandes lignes de notre projet. Une année, c'est assez long et il se peut qu'il y ait des changements à apporter. Je vous tiendrai au courant à chaque mois sur ma chaîne Youtube (Simplement Sarah) alors si ça vous intéresse, vous pouvez vous abonner!



POUR L'ÉPICERIE ET LA NOURRITURE EN GÉNÉRAL


  • ​Continuer à faire des listes et à planifier les repas pour toute la semaine. Essayer différentes techniques (comme la planification au mois au lieu d'à la semaine)afin de trouver laquelle semble plus réaliste et économique

  • Éviter le gaspillage alimentaire de toute sorte

  • Vider les armoires et essayer d'être créative avec les ingrédients que j'ai déjà mais qui ne sont pas touchés comme la semoule de maïs, par exemple.

  • Garder mes valeurs écologiques au centre de mes priorités, en sachant toutefois que tout ne sera pas toujours possible​ d'arriver à tout combiner.

  • Privilégier l'achat en gros des ingrédients utilisés régulièrement comme par exemple la farine, l'avoine et les huiles

  • J'établis notre budget d'épicerie à environ 160$ par semaine



POUR LA MAISON


  • Faire le plus possible mes propres produits d'entretien

  • Garder au minimum les achats pour la maison donc aucun article décoratif ou sans but précis

  • Continuer de réparer plutôt que d'acheter et évaluer la nécessité de l'objet avant d'en racheter un autre.

  • Toujours privilégier l'achat usagé

  • Toujours épurer davantage et essayer de vendre les articles donc nous n'avons plus de besoin


POUR LES VÊTEMENTS


Comme je le mentionnais plus haut, c'est l'une des catégories que je souhaite grandement améliorer. Malgré le fait que la très grande majorité de nos vêtements sont usagés, je trouve personnellement que cela ne me donne pas le droit des les échanger un gré de mes trouvailles


  • AUCUN achat impulsif, même dans les friperies. Dans l'idéal, aucun nouveau vêtement pour cette année. J'ai un crédit d'achat que je vais probablement utiliser au printemps. Techniquement, ce n'est pas une dépense puisque je possède déjà le crédit. Je l'utiliserai peut-être pour ma garde-robe de printemps-été.

  • Faire une liste (surtout pour les enfants qui grandissent) et essayer de trouver gratuitement avant d'acheter.

  • Limiter mes visites dans les magasins SEULEMENT lorsque j'ai un besoin spécifique qui est inscrit dans ma liste.

  • Essayer de toujours réparer et/ou réutiliser le vêtement avant de m'en départir.

  • Aucun vêtement dans ma garde-robe avant l'arrivée du printemps. Si je décide d'en ajouter pour les autres saisons à venir, ce sera par réel besoin. Je me laisse une marge de manoeuvre, mais limitée.



POUR LES SOINS CORPORELLES



  • Terminer les produits que j'ai avant d'en fabriquer ou d'en acheter d'autres. Réévaluer si ce produit est un besoin réel à ma routine.

  • Pour ce qui est du maquillage, je suis très à l'aide avec ce que je possède et je permettrai de le renouveler en cas de besoin.

  • Privilégier comme à l'habitude les produits avec aucun ou peu d'emballage, sains pour le corps et l'environnement.


ACTIVITÉS CULTURELLES ET SPORTIVES


Pour notre famille, les activités physiques et culturelles sont très importantes, mais elles doivent avoir lieu en très grande majorité ensemble. Elles doivent nous permettre de passer du temps de qualité en famille.


  • Nous avons un billet de saison pour aller faire de la planche à neige et du ski alors nous allons prioriser en tout temps cette activité. Nous avons un frais de stationnement à payer pour charger notre voiture électrique alors ce sera notre dépense à payer à chaque fois, malheureusement.

  • Apporter nos lunchs en tout temps.

  • Prioriser les activités gratuites (telle que l'accès à certaines piscines environnantes, les sites naturels où les anfants peuvent dépenser leur énergie) et en deuxième lieu les activités à faible coût et qui apporte une valeur .

  • Utiliser les points accumulés de notre carte de crédit afin de payer, de temps à autre, des activités au musée.


LES PASSE-TEMPS


J'ai réellement envie cette année d'être plus créative et d'utiliser cette créativité afin de créer et de transformer au lieu d'acheter


  • Dans l'optique d'être économe, je vais prioriser ce que j'ai déjà à la maison et ensuite je vais me tourner vers les magasins d'achats de seconde-main ou d'artisanats. Même chose pour les autres membres de notre famille

  • Je vais tenter de terminer mes projets avant d'en commencer d'autres afin de ne pas me décourager et d'abandonner

  • Je me garde une porte ouverte pour une inscription à un cours ou une activité dans ce thème


AUTRES


  • On se permettra une sortie de couple de temps à autre, s'il est possible pour nous que ma mère vienne s'occuper de nos garçons.


BUTS ESPÉRÉS À LA FIN DE CETTE ANNÉE FRUGALE


  • Parvenir à découvrir et à explorer davantage nos passions.

  • Économiser au maximum et apprendre à regarder fructifier un montant d'argent, aussi petit soit-il, pour plusieurs mois, voir des années.

  • Vivre simplement.

  • Me permettre de contempler et apprécier ce que je possède déjà.

  • Réaliser davantage la chance que j'ai de pouvoir créer moi-même ce défi, quand certaines personnes sont dans des situations beaucoup plus précaires que la nôtre.

  • Apprendre être patiente et me bâtir des outils, des moyens (tels que des listes et des questions spécifiques) afin d'apprendre à différencier mes réels besoins, de mes besoins impulsifs.

N.B


  • Toutes les "grandes lignes" de ce projet sont sujet à modification. Je vous tiendrez au courant.

  • Il se peut que je reçoive des offres de collaborations et celles-ci seront évaluées selon mes valeurs personnelles et celles que je souhaite transmettre, comme je le fait habituellement.


C'est tout pour l'instant! Si vous en avez envie, je vous invite à faire le défi avec moi, que ce soit pour une semaine, un mois ou l'année au complet!



  • Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle
  • Pinterest - White Circle
  • YouTube - White Circle

© 2020

 

 Par Simplement Sarah